• Cinéma

Au terme d'un long périple, une sorcière des marais arrive devant l'entrée d'une grotte en forme de tête de mort, perdue aux confins des hauts plateaux glacés. À l'intérieur de cette grotte pousse une luminescente fleur bleue… mais celle-ci est bien gardée par un guerrier masqué portant l'épée. Pas une goutte de sang ne sera versée, cette nuit, mais plusieurs histoires seront racontées, et tous ces récits sont les maillons d'une grande chaîne des siècles : un cycle immémorial où avarice, trahison, corruption, massacre, folie et sorcellerie maléfique figurent en abondance. La soif de connaissance et le pouvoir que confère cette connaissance, à chaque fois, sont étouffés dans le sang et les flammes…

Si le cinéma de Ralph Bakshi vous manquait, The Spine of Night arrive à point nommé, ressuscitant avec brio les atmosphères de Tygra, La Glace et le Feu ou de Wizards, dans une épopée d'heroic fantasy flamboyante et ultra-violente qui aspire le spectateur dans une fascination instantanée. Philip Gelatt et Morgan Galen King ne se contentent pas d'illustrer leurs modèles, de retourner aux méthodes traditionnelles du cinéma d'animation ou d'avoir recours à la rotoscopie. Ils adoptent une narration atypique, qui doit au moins autant à l'effroyable cosmogonie lovecraftienne qu'aux univers de Robert E. Howard ou de J. R. R. Tolkien. Ébouriffant.

Date
Samedi 30 octobre
Heure
De 12:30 à 14:00
Lieu
Cité des Congrès
Salle
Salle Dune
back calendar user time place planete nav